Boutique

5 recommandations à suivre en nutrition infantile pour mon bébé

Le lait est la base de l’alimentation du bébé

Comme tout nouveau-né, votre bébé a besoin de lait pour sa croissance. L’allaitement maternel est ce qu’il y a de plus naturel et de plus adapté aux besoins nutritionnels spécifiques de votre bébé. Si l’allaitement n’est pas possible ou souhaité, vous pouvez demander conseil à votre médecin ou pédiatre sur le choix d’un lait infantile.

Ne donnez pas trop tôt du lait de vache non modifié à votre bébé, il n’est pas adapté à son âge. Son intestin est stérile, son rein est fragile, son système nerveux a des besoins spécifiques et son système immunitaire est totalement «vierge».

Le lait n’est adapté à cette situation qu’à condition de choisir un lait conçu pour son âge. Il devra apporter ce calcium indispensable à la croissance, mais aussi tous les autres nutriments nécessaires pour la maturation des différents organes.

Le lait maternel est le mieux adapté aux besoin de votre bébé.

À partir de 6 mois, le lait infantile 2ème age également appelé ‘lait de suite’ répond aux besoins spécifiques de votre bébé qui grandit : la quantité en protéines est réduite par rapport au lait de vache alors qu’il est enrichi en acides gras pour le développement du système nerveux de votre bébé. Le lait de croissance qui est ensuite donné à partir d’un an va apporter du fer, des minéraux, des vitamines spécifiques, et toujours ces bons acides gras si importants.

Jusqu’à 2 ans, ne réduisez pas trop vite la consommation de lait qui est une base de l’alimentation du bébé même si la diversification aura lieu entre 4 et 6 mois. Et surtout, choisissez des aliments lactés adaptés à l’âge de votre enfant. Le lait de vache non modifié n’est pas idéal pour lui avant 2 ans. C’est aussi le cas des laits végétaux qui ne sont pas adaptés aux enfants de moins de 3 ans.

Plus de lipides et moins de protéines

Jusqu’à l’âge de 2 ans, conserver des laitages adaptés aux bébés permet d’éviter une surconsommation de protéines qui fatiguent le rein de l’enfant tout en augmentant le risque d’obésité chez le grand enfant et l’adolescent.

Le premier piège que vous devez éviter est de vouloir donner à votre bébé des repas «comme les grands». Ne soyez pas trop pressé pour lui faire goûter vos plats et limitez les quantités de protéines animales.

On pourra introduire des aliments protidiques entre 6 et 8 mois, mais en faible quantité. On commence par 1 cuillère à café (bien mixés) puis 1 cuillère à soupe 15 grammes puis maximum 30 grammes à 1 an, une fois par jour.

Inversement, rappelez-vous que le lait maternel est riche en bonnes graisses.C’est pourquoi, dès la diversification, il faut être attentif à ajouter un peu de graisses dans les plats de légumes afin d’apporter ces nutriments indispensables. Un peu de beurre à midi et 1 à 2 cuillères à café d’huile riche en oméga-3 le soir.

Protéines maigres et cuissons douces

Si les huiles sont importantes, limitez les graisses animales (le beurre est un cas à part) en choisissant des protéines animales maigres lors de la diversification: blanc de volaille sans la peau, poisson blanc, filet de bœuf, filet mignon de porc ou escalope de veau pour citer les principaux.

Et surtout, ces protéines devront être exclusivement cuites à l’eau ou à la vapeur sans ajout de sel. Il en sera de même pour les légumes qui seront exclusivement cuits à basse température, jamais à la poêle.

N’oubliez pas que vos propres goûts ont pu être modifiés par une alimentation «moderne», riche en sucres et en saveurs. Votre bébé a un palais vierge et il n’est pas nécessaire de trop assaisonner ses plats. Le sel n’est pas bon pour sa santé. Si le plat que vous donnez à votre enfant vous parait fade quand vous testerez sa température, ce sera bon signe!

Diversifier sans complexifier

Jusqu’à 1 an, méfiez-vous de ne pas trop compliquer les plats de votre enfant. Il est préférable de lui donner une alimentation un peu monotone. Son système digestif est encore fragile et vouloir varier ou complexifier ses repas n’a aucun intérêt pour sa santé.

Refréner votre envie de lui faire goûter «de tout». Attendez que sa muqueuse intestinale soit plus mature, moins perméable. S’il mange la même soupe tous les jours, ça ne lui posera aucun problème. Souvenez-vous que pendant près de 6 mois il a pris le même lait, 4 fois par jour, et il en a toujours été ravi!

Des compotes en dessert.

Pour l’introduction des aliments sucrés, appliquez le même principe: modération et aucun ajout artificiel. Plus vous retarderez l’introduction des aliments trop sucrés et des gourmandises plus vous limiterez le risque de voir votre enfant prendre des rondeurs inutiles. Ainsi, évitez les biscuits «pour bébé» qui n’ont aucun intérêt nutritionnel.

Le meilleur dessert est sans aucun doute la compote sans aucun ajout de sucre. Idéalement, faites cuire des fruits à feu doux et mixez-les. Sinon, privilégiez les compotes 100% fruits, si possible biologiques.

Mais si l’introduction de la compote 1 à 2 fois par jour est intéressante pour la santé de votre enfant, elle ne doit pas se faire aux dépens de sa ration de laitages. Jusqu’à 1 an, il est bon de conserver 4 rations par jour (lait adapté à l’âge de l’enfant et yaourt bio). Après 1 an, 3 rations sont encore nécessaires.

Le site Biostime utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience sur notre site! En savoir +

J'accepte